Home
Events
What we ask for
Who are we ?
Concertation
Facts & Opinions

Facts & Opinions

 

USHU Paper on Contract Agents in EU Delegations (April 2013)

Demande de concertation politique – Évaluation et reclassement des agents contractuels. (Avril 2013)

Lettre aux Directeurs généraux concernant l'application des mesures transitoires (Sept 2012)

Le VP Sefcovic annonce des mesures pour les agents contractuels et pour les post-2004

Présentation relative à la sélection d'agents contractuels CAST

Contract Agents : Why should I sign this petition ?  (short slideshow)

France : Protocole d’accord du 31 mars 2011 portant sécurisation des parcours professionnels des agents contractuels. Accès à l’emploi titulaire et amélioration des conditions d’emploi

Commitments of Trade-unions pursuant to the General Assembly

SID

Contract Agents Face the Commission's Cold Shoulder

After the Contract Agents GA a group of circa fifty tried to deliver the petition with its five thousand signatures to the Commission. Of course, it is physically impossible to access the top floor of the Berlymont Building if you are nothing more than an ordinary citizen, or even an employee. They have more important things to do than to listen to complaints about illegal laws. If one of the twenty seven commissioners had been interested in fair treatment for Contract Agents, s/he could have come down to the general assembly to pick up the petition and maybe say a word or two.

Still, this cold shoulder is only the second worst scenario. The very worst is when some politicians pretend to be on our side. That leads to a lot of lost opportunities for us as we work for those who at least pretend to be our friends.

Naïve people will wonder why the ten or twenty strong arguments for fairness that the Contract Agents have presented are being ignored. It goes back to the 2% who own half of the wealth on earth . Our societies would explode if the remaining 98% were openly told that they count for very little more than the plutocratic minority. This is where the political class comes in by assuring the 98% that our societies are majority ruled with themselves as the honest representatives of the common people. Of course, to get at least a majority of those 98% votes requires a lot of favourable media coverage. Who owns and manages the media? The 2%. Plenty of cases of corrupt politicians selling their influence for cash have come to light, but the submerged part of the iceberg is more dangerous. Politicians who fail to obtain the 2%'s favourable media coverage are doomed to disappear quickly, leaving a cleared stage for the ones who, more or less honestly, express ideas that are acceptable to the seriously wealthy. Many wealthy people are allergic to labour law because they will never need its protection and simply feel no compassion for the less fortunate majority. This goes some way towards explaining why twenty seven out of twenty seven Commissioners are comfortably casual about daily injustice to Contract Agents. The concern is that if one injustice is remedied, other groups will start to demand fair treatment also. This makes the 2% and their politicians wonder where it could all lead and simply refuse to go down that road voluntarily.

The obstacles between Contract Agents and fair treatment are real, but not infinitely high. The Stalinists looked like they would keep control of Eastern Europe forever, but after three decades or so the majority of the population came out on the side of what had been a mere handful of powerless dissidents and overthrew them. Only 12% of the US citizens are of African origin. Until the 1950's, they enjoyed no civil rights, but then the patient work of people like Martin Luther King began to pay off. What these two examples show is that injustice can be overcome without mustering huge amounts of power. There was not even a victory at the polls, let alone on the battlefield, just lots of patience and a little courage.

The most obvious next step for the Contract Agents is to take their petition to the European Parliament . The process is simple enough and SID is available with its EP experience. Each one of the circa 70 Members and Alternates of the EP's Petitions Committee deserves to informed about the mistreatment of Contract Agents; by email, snail mail, phone and in person. In the best case, one Contract Agent per MEP would volunteer to do this work that might be called organized grassroots lobbying. We have every right to do it.

One more thing; please remember to give Petition 192(2009) a little boost while you are communicating with Parliament. After all, equal access to internal competitions would be a nice step towards justice, one distant day.

Solidarité et Justice Européennes (Cour de justice de l'Union européenne)

Bonjour à tous!
Je tiens à vous remercier pour avoir donné aux collègues de la Cour de Justice la possibilité de participer à l’assemblée générale d’hier.

Je souhaite également, au nom de nos collègues, consolider ce lien interinstitutionnel en mettant à votre disposition nos compétences dans le domaine du droit (nous sommes plus que 900 juristes) et notre travail, en particulier, sur les sujets suivants :

Stabilité de l’emploi : emplois permanents pour tâches répondant à des besoins permanents.
L’article 80 du RAA impose que chaque institution arrête la description des fonctions et attributions que recouvre chaque type de tâche. Cette description est l'outil de base de la gestion des ressources humaines ainsi que le fondement de toute évaluation concernant la caractérisation d’un poste comme permanent ou temporaire (en application, également, des critères découlant de la directive sur le travail à durée déterminée).

Nous demandons à l’administration de mettre en œuvre ledit article.

Large pouvoir d’appréciation versus droits des agents
Tout en reconnaissant le large marge d’appréciation dans la gestion des ressources humaines attribué aux institutions, ce pouvoir discrétionnaire connaît certains limites liées, entre autres, à :

• l’interprétation des normes sur le calcul de la période d’engagement maximale ;

• l’obligation de motivation à laquelle sont soumises les décisions de recrutement, renouvellement ;

• la hiérarchie de normes, en cas de difformité des dispositions internes par rapport aux dispositions statutaires, aux normes de rang supérieur (v. directive sur le travail à durée déterminée) et aux principes du droit.

Sur ce point nous avons constaté un manque d’information des agents sur leurs propres droits, ainsi qu’une difficulté à les faire valoir. Nous sommes en train de rédiger un guide contenant toute information pertinente à mettre à la disposition des agents dès leur engagement et nous leur garantissons un aide dans le traitement des questions juridiques d’application du Statut.

Nous nous engageons à vous transmettre, donc, tout matériel qui pourrait vous être utile!

Annexe

Lors de l’assemblée générale des agents contractuels d'aujourd'hui on a pu constater un grand soutien des collègues au niveau interinstitutionnel et intersyndical. Une pétition avec plus que 5000 signatures a été déposée auprès du bureau de M. Barroso.

De notre part, nous participons avec, entre autres, deux propositions très concrètes qui pourront contribuer à aider les agents :

Stabilité de l’emploi : emplois permanents pour tâches répondant à des besoins permanents.
L’article 80 du RAA impose que chaque institution arrête la description des fonctions et attributions que recouvre chaque type de tâche. Cette description est l'outil de base de la gestion des ressources humaines ainsi que le fondement de toute évaluation concernant la caractérisation d’un poste comme permanent ou temporaire (en application, également, des critères découlant de la directive sur le travail à durée déterminée).

Nous demandons à l'administration de mettre en œuvre ledit article ;

Large pouvoir d’appréciation versus droits des agents
Tout en reconnaissant le large marge d’appréciation dans la gestion des ressources humaines attribué aux institutions, ce pouvoir discrétionnaire connaît certains limites liées, entre autres, à :

• l’interprétation des normes sur le calcul de la période d’engagement maximale ;

• l’obligation de motivation à laquelle sont soumises les décisions de recrutement et renouvellement des contrats ;

• la hiérarchie de normes, en cas de difformité des dispositions internes par rapport aux dispositions statutaires et aux principes du droit.

Sur ce point nous avons constaté un manque d’information des agents sur leurs propres droits, ainsi qu’une difficulté à les faire valoir. Nous encourageons l'administration à organiser des séances d'information à ce sujet.

Nous sommes en train de rédiger un guide contenant toute information pertinente à mettre à la disposition des agents dès leur engagement et nous leur garantissons un aide dans le traitement des questions juridiques d’application du Statut.

Union Syndicale Parlement européen

Nous soutenons cette action de nos collègues de la Commission européenne et nous invitons les agents contractuels du Parlement européen à y aller (Charlemagne Building - Salle Alcide de Gasperi S3 le 17/02/2011 a 12h45). :

Soutien de l'Union Syndicale au Collectif des Agents Contractuels

Chers Collègues,
L’Union Syndicale Fédérale exprime son soutien au collectif des AC dont l’action constitue un excellent complément aux objectifs que nous poursuivons depuis longtemps.

Dés la création du Statut d’Agent Contractuel, nous avons revendiqué des améliorations majeures aux mesures de mise en œuvre adoptée par l'Administration selon une interprétation restrictive du Statut.

Nous ne pouvons que nous réjouir de l’initiative du collectif des Agents contractuels dont beaucoup des revendications convergent avec les positions de l’Union Syndicale Fédérale.

Nous devons cependant faire des nuances sur certains points.

Notre objectif est de maintenir une fonction publique forte, indépendante, compétente et permanente.

Pour répondre à cet objectif, le personnel de la Fonction Publique Européenne doit rester essentiellement Fonctionnaire. Nous reconnaissons cependant le rôle que peut et doit jouer le personnel contractuel. La précarité et les contrats jetables vont contre cet objectif. L'Institution doit donc offrir des perspectives d'évolution aux Agents Contractuels.

La précarité induite par la Commission est socialement inacceptable. Bien plus, l’Union Syndicale Fédérale estime qu’elle est contraire à la législation européenne sur les contrats de travail et a d'ailleurs financé plusieurs recours dans ce domaine.

Certes, les nouvelles Dispositions générales d’exécution (DGE) apporteront déjà certaines améliorations substantielles au recrutement et au classement à l’entrée en service. Une gestion plus efficace de la succession des contrats a également été obtenue.
 

NEANMOINS, BEAUCOUP RESTE ENCORE A FAIRE ET
NOUS INVITONS TOUS LES SYNDICATS A SOUTENIR CETTE ACTION DANS L'UNITE.
 

La précarité d’emploi: un pur gaspillage!

l’Union Syndicale Fédérale s‘oppose à la précarité d ‘emploi. La précarité met en insécurité existentielle le travailleur ainsi que sa famille et ses soucis pour son avenir réduisent son efficacité. En même temps, la précarité perturbe le bon fonctionnement des services condamnés à rechercher et former continuellement du nouveau personnel. Donc, la précarité présente un double gaspillage!

En 2004, l’Union Syndicale Fédérale a proposé, négocié et obtenu, pour des milliers des collègues avec des contrats d’auxiliaire ou de droit privé, le statut d’Agent Contractuel pouvant mener à un contrat à durée indéterminée, assorti de meilleures conditions de travail et des droits sociaux identiques à ceux de fonctionnaires (assurance maladie et pensions statutaires inclus).

Depuis, plus de 2.000 emplois a durée indéterminée ont été créés avec succès!

Alors que l’institution se veut "le meilleur employeur public", une politique digne de ce nom brille par son absence pour le cas des collègues dont les contrats sont limités à trois ans! La plupart des services gèrent ce personnel à leur guise et confient de plus en plus souvent des tâches permanentes!

Afin de tirer le meilleur du Statut, nous exigeons que la Commission devienne un employeur public modèle, créatif et social et mette en application les propositions qui suivent:

• Prolonger les contrats des AC 3ter (3b) jusqu’à six ans;
• Donner un premier contrat de trois ans, renouvelable une fois a 3 ans;
• Mettre ces collègues dans un pool partagé par toutes les institutions et garantir le remplacement de tout collègue dont l’absence totale ou partielle est de longue durée;
• Autoriser la succession des contrats AC et agent temporaire, moyennant des procédures transparentes et paritaires, suivis par des concours interne;
• Créer de nouvelles opportunités de contrats a durée indéterminée via les agences et offices existantes et a venir;
• Revoir complètement les procédures de sélection en les professionnalisant et en abolissant l’utilisation de langues étrangères dans les examens en particulier pour les grades inférieurs;
• Favoriser le développement de carrières des collègues AC 3bis (3a) avec des contrats a durée indéterminée par l’amélioration de l’évaluation et du reclassement;
• A travail égal, salaire égal: ramener les salaires des AC, qui remplacent des fonctionnaires, plus proches du salaire de ces derniers;

Le dialogue social et les agents contractuels

Pour le bon fonctionnement interne de la Commission européenne et la défense de son personnel: les mécanismes du dialogue social et la politique en matière d’agents contractuels (AC).

Aujourd’hui, les deux thèmes se retrouvent directement liés.

En juin 2010, le Commissaire Šefcovic clôturait par une concertation politique, organisée à la demande de l’Union Syndicale Fédérale, le cycle de négociations sur les nouvelles dispositions d’application du statut en matière de recrutement et d’emploi des AC.

Il s’est montré intransigeant dans son refus de permettre une interprétation socialement progressiste du statut quant à l’octroi de deux contrats de trois ans aux AC 3ter (3b en anglais), ouverture revendiquée par l’Union Syndicale Fédérale mais sans l’appui de la «majorité syndicale» de la Commission.

Cependant, M. Šefcovic, en fin de concertation, s’est montré plus sensible à nos arguments et s’est engagé à revoir ce point essentiel, avec quelques autres un peu moins importants, au plus tard en 2012.

Depuis, les DGE auraient dû être adoptées et mises en application avec tous les éléments négociés depuis plus de deux ans, globalement favorables aux Agents Contractuels. Le Comité central du personnel et le Comité du statut, dûment consultés, avaient émis un avis favorable. Rappelons les principales avancées obtenues avec ce texte:

• Prise en compte de toutes les périodes d’expérience professionnelle pour le classement initial à l’embauche, et pas seulement celles en rapport direct avec l’emploi à pourvoir;
• Octroi de contrats initiaux de 2 ans, avec un premier renouvellement d’un an, avant le passage en contrat à durée indéterminée pour les agents contractuels «de carrière» et contrats initiaux d’un an minimum pour les agents contractuels auxiliaires;
• Alignement du nombre de contrats des AC du groupe de fonction I sur la règle générale;
• Organisation d’épreuves de sélection adaptées en fonction des types de contrats: procédures allégées pour les AC 3 ter, définition d’épreuves spécifiques pour le recrutement de profils spécialisés (par exemple techniciens du secteur recherche, puéricultrices);
• Organisation des épreuves de sélection dans toutes les langues officielles, permettant à chacun de passer les épreuves principales dans sa langue maternelle;
• Définition d’un cadre réglementaire permettant le maintien de l’acquis en cas de mobilité (grade et échelon);
• Amélioration des modalités d’évaluation et de reclassement annuels des AC 3bis;
• Définition de règles claires en matière de stages.

La plupart des revendications de l’Union Syndicale Fédérale ont ainsi été satisfaites (voir notamment notre campagne de défense des AC en 2006), même si la question du deuxième contrat des AC 3ter n’a pas pu trouver de réponse à ce stade.

Malheureusement, nous attendons toujours la mise en œuvre de ces DGE, qui ont été d'abord bloquée par quelques critiques émises par trois Directions générales lors d’une nouvelle consultation interservices. Or ces critiques ne paraissent nullement exprimer une opposition aux nouvelles règles mais simplement des demandes de clarification des procédures et du texte.

Le manque de suivi ainsi assuré à plus de deux ans de négociation sur un chapitre important de la politique du personnel dans notre institution est plus que préoccupant: une consultation interservices après l’issue de ces négociations ne devrait nullement mettre «entre parenthèses» les résultats du dialogue social!

6.000 Agents contractuels - 3.000 de plus avec les agences- attendent encore ces améliorations. Certains d’entre eux se retrouvent au chômage faute de nouvelles sélections; d’autres sont accablés de travail parce que les services ne peuvent recruter de personnel supplémentaire, faute de nouveau cadre juridique fiable pour le faire.

Notons que les nouvelles règles négociées pour la procédure d’évaluation et de reclassement des AC 3bis ont fait l’objet d’une information administrative et qui a mis en œuvre son application dès 2010, avec prise en compte des périodes de référence 2008 et 2009.

Si l’administration peut d’ores et déjà appliquer un chapitre entier des nouvelles DGE, pourquoi ne pas adopter et appliquer le texte tout entier sans plus de retard?

l’Union Syndicale Fédérale ne voit pas sans préoccupation la même attitude de quasi mépris pour le dialogue social marquer les concertations à la Commission sur d’autres dossiers importants (Service extérieur, RCAM), ce qui augure mal de la bataille à venir en 2012 avec le Conseil et le Parlement, pour la renégociation de la Méthode, qui servira peut-être de prétexte à la réouverture d’autres dispositions statutaires essentielles comme les pensions, la carrière ou la couverture sociale.

Il est urgent que la Commission donne un signal positif pour un partenariat adéquat avec les syndicats en commençant par appliquer immédiatement les DGE agents contractuels et en mettant le poids nécessaire pour que les questions posées par le Collectif des Agents Contractuels soient résolues le plus tôt possible.

 

The EC favors open-ended contractual arrangements

In the 2010 report on employment in Europe the EC states that:

"Temporary contracts should remain possible although they should be limited to genuinely temporary tasks"

Below are 2 questions addressed in the report (section FAQ)

What does labour market segmentation mean and what are its effects?

A labour market is said to be segmented when two categories of workers coexist: i) a group of stable workers with permanent contracts and; ii) another with temporary contracts with limited opportunities to move into more stable or better paid jobs.

This phenomenon has to a large extent been created and/or worsened by two-tier reforms of employment protection legislation introduced in several Member States in recent decades. Those reforms have substantially deregulated temporary contracts, while keeping existing rules on permanent contracts largely unchanged. As a result, the proportion of new recruitments made on temporary contracts has dramatically increased, leading to a rising share of temporary work over total employment, especially affecting younger and un-skilled workers.

Although there are clear employment gains associated with these reforms, labour market segmentation also generates a number of undesirable side-effects. The legal asymmetry (between the two types of contracts) reduces firms' incentives to transform temporary into permanent contracts (at the expiry date of the former), which can lead to prolonged situations of precarious employment for many young workers (well into their thirties in those Member States which are particularly affected), coupled with limited incentives for in-work effort and pursuing training activities throughout the life-cycle. The latter two effects tend to depress the growth rate of productivity. Temporary workers tend to receive lower wages and are given fewer training opportunities than permanent workers with similar qualifications and job descriptions. Finally, as shown by the 2008-2009 recession, in segmented labour markets, the brunt of labour market adjustment falls predominantly onto temporary/young workers.

The report advocates the extending the use of open-ended contractual arrangements? How can this help to address the problem of segmentation?

Extending the use of open-ended contractual arrangements with a sufficiently long probation period and a gradual increase of protection rights, access to training, life-long learning and career guidance for all employees could reduce the existing divisions between those holding temporary and permanent contracts.

Temporary contracts should remain possible although they should be limited to genuinely temporary tasks. Thanks to the probation and gradual increase of protection rights, the open ended contractual arrangement could become a mode of recruitment so that the burden of flexibility would no longer fall disproportionately on a segment of temporary workers.

Actions taken by our partners :

Nov 2010 : Demande de concertation de l'ensemble des OSP sur la politique du personnel agent contractuel de la DG COMM dans les représentations

Dec 2010 : 2010 Reclassification: The new evaluation and reclassification system for Contract Agents (Art. 3a)

LE STATUT des AGENTS CONTRACTUELS EUROPEENS
Contrat à durée déterminée ? Egalité de traitement ?
PAR Prof. Dr. Roger Blanpain, Professeur de droit social (31 juillet 2007)

 

 


Contact us       Webmaster           Page modified on 13 December 2016